Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires ardennaises

L'histoire se répète , les historiens aussi !

Les hosties sanglantes de Vrigne aux Bois

 

D'après une lettre de l'Abbé Jules Morel à Eugène de Margerie

 

 

Le 7 Février 1859 ,le curé de Vrigne aux Bois démarra la messe à 7h30 .

Alors que cet écclésiastique se relevait de sa dernière génuflexion, son regard aurait été arrêté par  "un éclat " sur l'autel  .
La petite assiette destinée à présenter l'hostie  rayonnait merveilleusement .Et des tâches apparurent !
Il appela un enfant de choeur afin qu'il lui dise ce qu'il voyait .


L'enfant lui indiqua :
" Je vois le sang de notre seigneur "
Le curé envoya le garçon chercher les soeurs de St Vincent de Paul, toutes proches .


Une soeur s'écria : " Au miracle ! " .


Ce fut le tour de l'institutrice , puis d'une vingtaine de personnes .
A la place des dessins figurants  sur l'hostie , ils y auraient vu des tâches de sang .
Les premiers témoins auraient vu le sang couler .
Le phénomère aurait duré plusieurs minutes ....
Le curé finit par porter lui même l'hostie ensanglantée dans sa bouche .

Après l'office , le prêtre de Vrigne aux Bois avisa sa hiérarchie .Celle ci lui demanda de conserver les preuves .
Manque de chance , le curé avait mangé l'hostie en cause .
Toutefois , le caporal * avait des traces de sang .

Les 7 Avril 1859 ,et 8 Mai, l'événement se reproduisit .


Un petit séminariste de Charleville  affirma avoir vu la scène .

Le 3 éme dimanche après Pâques , les hosties sanglantes refirent surface .

Il s'agissait donc du 4éme "miracle " .
Les fidèlent présents ,allèrent chercher les absents .

Il y aurait eu jusqu'à 600 personnes  ......

En urgence, l'Archiprêtre de Sedan accourut et constata les faits .Celui ci alerta de nouveau la hiérarchie de l'église .

Après un conseil archiépiscopal , il fut précisé que les fidèles pouvaient garder leurs convictions mais que l'église ne reconnaîtrait ces miracles . 

Bien entendu une enquête eut lieu !


Ce prêtre, très timide, avait 55 ans et  excerçait depuis 23 ans à Vrigne aux Bois.
Son état de santé exigeait une saignée mensuelle .
Précédement à cette affaire,une institutrice l'avait attaqué en justice pour excercice illégal de la médecine . Bien qu'il ait suivi des cours de médecine à Paris , il n'était pas médecin .
Finalement ,il fut écarté de la paroisse de Mézières.

Nous conclurons cette histoire avec humour :

"L'enquête  ne dit pas si le curé de Vrigne aux Bois , avait mis du vin rouge à la place du vin de messe ....."


*Le corporal  est un linge liturgique (généralement carré, d'environ 45 à 50 cm de côté) sur lequel sont posés la patène et les vases sacrés (calice et ciboire) durant la célébration eucharistique.

En complément :

MARIE THÉRÈSE NOBLET , RECONNUE PAR L'EGLISE COMME DOUBLE MIRACULÉE DE LOURDES

 

L'ABBÉ JEAN MESLIER : CURÉ ATHÉE , COMMUNISTE ET RÉVOLUTIONNAIRE
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article