Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires ardennaises

L'histoire se répète , les historiens aussi !

Quand le  train passait à Thin le Moutier…

 Hé oui ,le train a existé à Thin le Moutier, dans les Ardennes .
  Le réseau départemental des Ardennes disposait de  342 Kms de lignes ferroviaires.
4 lignes étaient raccordées au réseau belge. Les premières  concessions datent de 1893. 
L'écartement des voies était spécial .En effet , l’armée imposa un écartement spécifique, empêchant toute invasion par un éventuel occupant .La défaite de Sedan était encore vive dans les esprits .


L'écartement était donc de 80 cms entre 1895 et 1898 .
La Société des Chemins de Fer Départementaux à Voie étroite des Ardennes (CA) fut fondée à cette époque.


  En 1898, un ‘‘second réseau’’ vit le jour .Il était dit à "voie métrique " .C'est à dire un écartement des voies d'un mètre .
 On pouvait aller de Mézières à Thin le Moutier !

  Cette ligne faisait partie du premier réseau qui allait de Wasigny à Signy l'Abbaye;
 et permettait le développement de diverses industries : filatures, scieries, saboteries, moulins etc....
  Cette section , écartement de 80 cm , est transformée en voie de 1 m en 1905 afin d'être prolonger vers Mézières .


  Le parcours sera  particulièrement accidenté, puisque dès la sortie de Signy l'Abbaye, la ligne amorce une longue boucle en rampe pour redescendre ensuite dans la vallée du Thin . Les rampes et courbes se succédaient pour passer  dans la vallée de Neuville les This.

La  desserte passait par Dommery-Courcelles, Thin le Moutier, Warby, Clavy, Neuville les This, This, Sury, la halte de Praël et Prix les Mézières. Elle se terminait à  Mézières, puis empruntait la voie des Tramways électriques de Charleville-Mézières-Mohon depuis le square de l'ancien cinéma  "L’Alhambra "  pour aller vers le port fluvial de Mohon où il y avait  un faisceau de voies.


La voie des Tramways électriques n’était  empruntée , par ce train ,que pour le seul service des marchandises.  


   Lors des premières années, il assurait le transport des voyageurs.


  En 1918 la ligne Wasigny-Mézières fut très endommagée par l’armée allemande en retraite  qui la fit sauter à de multiples endroits.
  En 1919 il fut envisagé  de prolonger cette ligne jusqu’à Charleville mais le projet fut abandonné, faute d’argent. Le petit train conserva son terminus à Mézières derrière l’ex cinéma Alhambra.
   En 1920, ce  train reprit du service et continua jusqu’en 1940.A raison de 2 allers et retours par jour .
  La ligne était exploitée par la Compagnie Ardennaise.Souvent les villageois étaient employés à l’entretien des voies et de la gare.


 La petite gare de Thin était composée d’une salle d’attente et d’un logement du chef de gare .. Un guichet donnant accès à la distribution des billets pour les personnes se rendant à Signy l'Abbaye ou à Charleville.


 Sur les dépendances de cette gare se trouvait un ‘‘château d’eau’’ servant à l’approvisionnement des réservoirs des locomotives. Une moto pompe  aspirait l’eau du Thin.
À la fin de l’année 1939 , la gare fut agrandit avec des bâtiments en bois  , pour  divers services administratifs et militaires.


La gare de Thin servit de camp d'internement , en 1940 ,pour les soldats Nord Africains qui combattaient pour l'armée française   .


En 1940 les liaisons furent interrompues par la guerre. Elles reprirent en 1941, c’était le seul moyen de locomotion (en dehors du  vélo) pour se rendre  à Charleville.

  Le  train s’est arrêté en 1948 et fut remplacé par des cars .
Cette gare fut rasée en 1988 lors de la construction de la salle polyvalente.

La chef de gare de Thin le Moutier :
Mme KAUFMANN avait  8 enfants 
Son mari travaillait sur la voie. Le courrier de Thin était apporté à cette gare par le facteur.
Le café du village était livré , par des casiers ,également par le train de  Thin  .

A Signy l'Abbaye:l'Ardennais aux 5 médailles Olympiques , un des sportif les plus titrés !
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article