Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires ardennaises

L'histoire se répète , les historiens aussi !

René Guyon (Phichan Bunyong) : cet ardennais rédiga les codes relatifs au droit civil et pénal pour le Royaume de Siam (Rama V Chulalongkor )

 

René Charles Guyon, né le 27 mai 1876 à Sedan et mort en 1963 à Bangkok, est un juriste français.

Il est connu pour avoir écrit un important traité sur l'éthique sexuelle. Son travail théorique demeure en partie inédit bien qu'il soit traduit et diffusé aux États-Unis.
Après s'être essayé à la littérature et à la poésie, René Guyon obtient en 1902 un doctorat en droit à la Sorbonne puis travaille comme avocat et juge. 
En 1908, il est appelé à la cour du roi Rama V Chulalongkorn, au Royaume du Siam, avec pour mission de rédiger un ensemble de codes relatifs au droit civil et pénal.


 Par la suite, il est nommé à la tête d'un comité de rédaction au niveau national qui comprend de nombreux intervenants étrangers. Ce travail de coopération s'inscrivait
 dans le cadre des grandes réformes entreprises par Rama afin de moderniser le royaume. En 1919, Guyon fait publier à Paris un rapport de synthèse directement en anglais
 The Work of codification in Siam (« L'élaboration des lois au Siam »). Puis, il devint conseiller du ministre de la Justice et prit la nationalité thaïlandaise en 1940 et fut nommé 
à la Cour suprême. Il y reçut le nom de Phichan Bunyong (en thaï : พิชาญ บุญยง). En 1953, au moment de sa retraite, il épouse une jeune femme thaïlandaise.

Guyon a énormément voyagé : Europe, Afrique du Nord, Sibérie, Chine, Indochine, Malaisie et Indonésie. Il fut un critique parfois féroce de la Société des Nations, puis après
 1945, de l'Organisation des Nations unies. Il dénonçait dans ces institutions certains mécanismes pervers qui visent à ne pas respecter les droits de l'homme et les libertés
 fondamentales. Il était, en ce sens, fidèle aux idéaux de la Révolution française.

Études d’éthique sexuelle :


 Les Études d'éthique sexuelle participent d'un mouvement général, qui, de Wilhem Reich à Magnus Hirschfeld, en passant par Helene Stöcker ou Bertrand Russell,
 proposent de repenser les libertés fondamentales et d'en finir avec l’« ancien régime sexuel ». Guyon se pose comme philosophe du droit, et développe une sexologie
 fondée du côté du droit naturel, dépassant les dogmes de quelque nature qu'ils soient. Ce travail s'étale sur 10 volumes et fut achevé en 1947.

Les six premiers volumes ont été publiés entre 1929 et 1939 en France et interdits après l'invasion allemande. Les trois derniers volumes sont à ce jour inédits,
 du moins en français. Ces travaux, traduits dès 1933 en anglais, intéressèrent Harry Benjamin, Alfred Kinsey, Robert Latou Dickinson, comme en témoigne une correspondance.

Après la mort de Guyon, c'est le traducteur américain George Russel Weaver qui hérite de ses droits quant à son œuvre, laquelle est aujourd'hui gérée par le Kinsey Institute
 for Research in Sex, Gender, and Reproduction qui se charge de publier les travaux inédits.

Sommaire des volumes publiés :

Tome 1 : La légitimité des actes sexuels.
Tome 2 : La liberté sexuelle.
Tome 3 : Révision des institutions classiques (mariage, famille).
Tome 4 : Politique rationnelle de sexualité : la reproduction humaine.
Tome 5 : Politique rationnelle de sexualité : le plaisir sexuel.
Tome 6 : La persécution des actes sexuels : les courtisanes.
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article