Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Histoires ardennaises

L'histoire se répète , les historiens aussi !

Jean Jannon , inventeur de la police de caractère "Garamont" , encore utilisée aujourd'hui !

Jean Jannon , inventeur d'une police de caractère "Petite Sedanoise" (ou Garamond [t]) 
Jean Jannon, né à Genève en avril 1580 et mort le 20 décembre 1658 à Sedan, est un typographe et imprimeur français.


Il confessait le calvinisme. Reçu imprimeur, il s’établit à Charenton, mais, parce qu'il avait imprimé le témoignage de la conversion d'un pasteur protestant au catholicisme, il y fut interdit de publication par le clergé du temple de cette ville, en janvier 1610.

Il s'installe alors à Sedan auprès Henri de La Tour d'Auvergne avec 200 livres tournois de gages annuels. Il devint l'imprimeur de l'académie de Sedan.
En 1620, Jannon grava un petit caractère, l'un des plus fins qui fussent alors et dont la finesse ne nuisait en rien à la netteté. Ce petit caractère devint célèbre sous le nom de « Petite Sedanoise », mais ce ne fut qu'en 1622 que Jannon l'employa.
Après que le gouvernement français a raflé l’atelier de Jannon, le cardinal de Richelieu nomme la police de Jannon « Caractère de l’Université » ou « Romain de l’Université ». À partir de là, la police devient le standard de la Manufacture royale d’imprimerie.
En 1825, Marcellin Legrand est chargé par l’Imprimerie nationale de renouveler les caractères ; il adapte la police utilisée, jadis, par la Manufacture royale, et déclare que cette police est l’œuvre de Claude Garamont.

En 1919, Thomas Maitland Cleland et Morris Fuller Benton produisent le premier Garamond commercial du xxe siècle, basé sur le travail de Jannon, appelé « Garamond numéro 3 ».

En 1926, The Fleuron fait paraître un article de l’Américaine Beatrice Warde (1900-1969), sous le pseudonyme « Paul Beaujon », sur l'attribution erronée des types de Jean Jannon à Claude Garamont : elle avait découvert un spécimen édité par Jannon en 1621, avec le caractère de l’Imprimerie nationale, mais aussi celui de la Petite Sedanaise ; la paternité était établie.
L’année suivante, Béatrice Warde publie une édition fac-similé du spécimen de Jannon de 1621, où elle réhabilite la mémoire de l’imprimeur et typographe de Sedan : The 1621 Specimen of Jean Jannon, Paris & Sedan, designer & engraver of the Caractères de l’université Now Owned by the Imprimerie Nationale, Paris. Edited and introduction by Paul Baujon (Beatrice Warde), London, 1927.

Les révélations de Béatrice Warde ne sont pas commentées en France, sauf par le typographe et historien lyonnais Marius Audin qui constate : « Le caractère que l’on voit sortir de temps à autre de l’ombre où le tient l’Imprimerie Nationale et dont l’Édition a plein la bouche, ne serait donc point du tout le Garamont… » (Le Garamont, dit à tort « caractères de l’Université », Paris, Henri Jonquières, 1931).


L'écriture " dite Garamont " ...... à tort
Garamond est un groupe de polices serif, nommé ainsi , par erreur , en référence au  graveur Claude Garamont . La plupart des polices d’écriture qui portent aujourd’hui le nom de « Garamond » sont dérivées du travail ultérieur du typographe Jean Jannon , inventeur de la "petite sedanise " . Les versions romaines du Sabon, Granjon, et les Garamond de Stempel et Adobe ont une relation directe avec ces caractères .

Ces lettres dites de  Garamond (ou " petite sedanoise " )sont fluides et cohérentes. Parmi les caractéristiques uniques de ses lettres, on trouve la petite panse du « a » ou le petit œil du « e ». Cette police de caractère se révélerait également économe en encre, en impression, grâce à la finesse de ses lettres.


Aujourd'hui :
Les versions numérisées les plus connues sont le Garamond d’Adobe et le Garamond Premier (toutes deux œuvre de Robert Slimbach), le Garamond de Monotype, celui de Simonici, et celui de Stempel. Les polices Granjon et Sabon (créée par Jan Tschichold) sont aussi classées comme des recréations du Garamond (ou petite Sedanoise ).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Pour avoir fait les arts graphiques de mon métier de typographe, les polices de garamont étaient régulièrement employées dans toutes les imprimerie. Que de souvenirs de composer avec les lettres en corps 5 des pages et des pages de conditions de vente ou de nomenclatures a n'en plus finir à l'imprimerie sedanaise<br /> Lecaillon.