Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jules Leroux , auteur de "Léon Chatry (instituteur)" sera diffusé en 1991 par France Culture sous forme de feuilleton

Jules Auguste Leroux, né le 11 décembre 1880 à Villers-Semeuse (Ardennes)1 et tué à l'ennemi le 16 juin 1915 à Roclincourt, est un écrivain et un poète français du xxe siècle. Certains le considèrent comme l’inventeur du roman ardennais.


Dès 1899, il est instituteur à Gespunsart puis Nouzonville.
Il enseigne à l'École Normale de Douai en tant que maître-interne et professeur de lettres, et il
 est chargé du cours de l'Histoire de l'Art à l'École Municipale des Beaux-arts où 
il rencontre un vif succès.

Jules Leroux, encore méconnu, établit des liens plus ou moins importants qui vont, pour certains, faciliter son « entrée en littérature ». Louis Pergaud (Prix Gongourt) l’apprécie sans doute :
 Leroux lui  adresse L’Herbe d’Avril, ce dont il est remercié dans une lettre datée du 15 mars 1908.
Dès lors, Pergaud, auteur déjà reconnu, oriente son condisciple vers l’éditeur Figuière qui
 révèle notamment Georges Duhamel, Jules Romains, George Bernard Shaw, Paul Fort (préface de la réédition de Léon Chatry, instituteur en 1936).

Ce détecteur de talent accepte, sans réserve,de « lancer » celui qu’il perçoit « comme une des plus belles figures de sa jeunesse » (même préface) : il édite Une Fille de Rien en 1911, puis toute l'œuvre. L’écrivain aimerait que son premier ouvrage soit aussi reconnu digne de « la suprême distinction », en 1911.

Il sollicite alors, tout naturellement, conseils et appui auprès du lauréat de 1910. Mais le jury récompense Alphonse de Chateaubriant pour Monsieur des Lourdines. Pour autant, le jury reconnaît « combien il y avait  d’ingéniosité et d’art dans l'œuvre de Pergaud », le « peintre excellent » nous faisant « admirablement voir la campagne », ses « grandes lignes » et ses « couleurs ».
 Mais, « Leroux nous en fait sentir l’âme », estimant supérieure la plume de celui qui n’a pas
 eu le prix.

Volontaire en 1914, Jules Leroux est blessé à la main. Guéri, il remonte au front. Nommé caporal au 41e régiment d'infanterie le 14 juin 1915, il disparaît deux jours plus tard le 16 juin 1915  aux combats à Roclincourt ; par jugement du tribunal de Douai, le décès est transcrit le 3 mai 1921 à Douai. Jules Leroux est déclaré « Mort pour la France » .

Son roman ,Léon Chatry, instituteur , et sera adapte pour la radio. France Culture le diffusera
 sous la forme d'un feuilleton  en 1991 .

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article