Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marie Louise Grès , poétesse et heroine de guerre

Marie-Louise Grès est née le jeudi 29 juillet 1880 à Haybes. Son père Pierre Lambert Edèze, fabricant de pavés en ardoise exploite un moulin à eau, dit « le Moulin d’en Bas » à la sortie du bourg, situé plus exactement à l’entrée de la ruelle Saint Brice. Sa mère, Adèle Maria Sulin, ménagère, élèvera quatre filles. Second enfant du couple, Marie Louise développe très tôt un attachement profond à son village natal et sa forêt. Après des études secondaires effectuées au lycée Sévigné à Charleville, Marie-Louise apprend le métier d’infirmière, alors qu’en même temps se confirme sa vocation de poète. Très vite, son métier d’infirmière l’incite à accepter le poste de vice-présidente du comité Fumay-Haybes-Revin des Dames françaises de la Croix Rouge.

 

A 19 ans, le 9 Août 1899, elle épouse François Joseph Dominique Alexis Dromart, sous-directeur de l’usine des pyroligneux (surnommée localement « La Vinaigrerie »). Deux enfants naissent de cette union, Cécile et Edmond.

 

Marie-Louise se partage alors entre l’éducation de ses enfants, et sa fonction d’infirmière, mais garde toujours une place prépondérante pour la poésie…L’appel de la Muse se manifeste de plus en plus. Elle commence à publier ses poèmes dans plusieurs revues littéraires.

 

En 1912 et 1913 sa première œuvre en deux volumes paraît en librairie : « Le front voilé » (écrit de 1908 à 1910) et « les feuilles tombent ! ». C’est ce second volume, fortement influencé par l’environnement haybois, qui va faire connaître la Poétesse. De fait, elle commence à remporter des prix littéraires (Prix des Annales et Prix de Rohan), ce qui l’incite à solliciter son adhésion en juin 1914 à la Société des Gens de Lettres de France.

 

Comme fin juillet 1914, des bruits inquiétants de guerre avec l’Allemagne se propagent dans le pays, la Poétesse reprend ses fonctions d’infirmière et anticipe déjà (entre autres) à Haybes l’installation de deux postes de secours. Sur les toits flottent le drapeau tricolore et le drapeau de la Croix-Rouge (de la maison de ses parents et la sienne).

 

Le 24 Août au matin l’ennemi est là. Marie Louise Dromart a pris la décision de rester et d’assumer ses fonctions d’infirmière et de vice-présidente de la Croix-Rouge. Durant ces atroces journées d’invasion, d’atrocités, de fusillades, d’incendies, de pillage, d’humiliation, elle aide ses malheureux compatriotes et parvient même à éviter la balle mortelle pour certains. Faite prisonnière également, elle est enrôlée dans le service sanitaire mis en place par les Allemands au château de Moraypré. Sous les ordres des médecins majors allemands, du 24 au 30 Août elle va prodiguer ses soins, sans relâche à des hommes qui bien qu’ennemis ne sont plus pour elle que des blessés. Le 27 Août, elle sollicite et obtient l’aide des médecins allemands afin de se rendre dans les ruines encore fumantes de Haybes pour y soigner les habitants blessés. Début septembre, elle organise à Fumay le transfert des blessés et malades haybois. D’abord dans une salle de classe de l’école du Baty, ensuite à l’hospice Malcotte.

 

La guerre terminée, son attitude héroïque durant le conflit lui vaut d’être citée à l’Ordre de la Nation en 1919, puis en 1921, d’être nommée à titre exceptionnel, chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur « au péril de sa vie ». L’appel de la Muse de la poésie reste présent. Dès qu’elle le peut, la poétesse reprend ses activités de « Femme de lettres », après s’être investie dans la remise en route de son village. Elle participe à l’association « La Renaissance de Haybes », association qui a pour objet essentiel la défense des intérêts de la cité et de ses habitants, et, comme son nom l’indique, de favoriser dans la mesure des moyens dont elle dispose, la renaissance de la cité et la reprise de la vie économique.

 

Son unique ouvrage en prose intitulé « Sur le chemin du Calvaire », paraît en 1920. Ce livre n’est autre que le récit du martyr de son village des 23.24 et 25 Août 1914. ce témoignage, elle le doit aux générations futures.

 

En 1924, elle reçoit le prix Archon-Desperouses, prix décerné par l’Académie Française pour son ouvrage le « Bel Eté ». début 1926, la Poétesse termine l’écriture d’un recueil de sonnets : « Sous mes Pipeaux fleuris ». Cette œuvre présentée la même année au concours de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse est d’emblée récompensée par un Laurier de vermeil. Récompense la plus haute, le Laurier est destiné à la meilleure pièce du concours annuel. Cette œuvre est également couronnée par l’Académie Française. En 1926, elle est admise à la prestigieuse Société des Gens de Lettres de France (elle est y adhérente depuis 1914).

 

C’est en 1928 que Marie-Louise Dromart présente deux œuvres au concours de l’Académie des Jeux Floraux : « Dans le jardin de Pierre Loti », œuvre élégiaque pour laquelle elle obtient le Souci, prix du genre et une Eglantine d’argent, prix du genre pour son recueil de sonnets « Le Cortège des mois ».

 

Courant 1929 elle termine l’écriture de deux recueils de poèmes : « Dans le sillage de l’Oiseau blanc », et « La Pantoufle de Cendrillon ».

 

En 1930, la parution de « L’Allée aux fantômes », ouvrage en préparation depuis 1926, va marquer un tournant dans la carrière de la Poétesse. Cette même année, elle est élue vice-présidente de la Société des Poètes Français.

 

Un second Laurier de Vermeil lui est décerné en 1931 pour un ouvrage présenté à l’Académie des Jeux Floraux, ouvrage sous forme d’ode « Sur un vers de Joachim du Bellay »…Toujours la même année, elle obtient, de nouveau, le Souci, Prix du genre, pour « le jardin pensif » qui est une églogue, mais également une mention honorable pour l’élégie « Stances d’Automne ».

 

Une tradition à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse établie depuis 1528 veut que chaque 3 mai, l’Eloge de Clémence Isaure soit confié à un poète déjà primé. En 1934, cette lourde tâche mais aussi cet honneur échoient à notre Poétesse. L’Eloge de Clémence Isaure est lu en séance solennelle le 3 mai 1934 devant les Académiciens par Marie-Louise Dromart, Maître ès Jeux Floraux. Ce titre honorifique lui ayant été décerné à la suite des récompenses obtenues. Son nom s’ajoute désormais à la liste des « Grands » Maîtres ès Jeux Floraux à l’égal de Ronsard, Chateaubriand, Voltaire, Alfred de Vigny, Victor Hugo.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article