Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paul HORGUELIN :Ardennais et Pionner de la TSF

   
S'il n'est pas connu auprès du grand public, Paul Horguelin demeure une référence auprès des spécialistes de l'histoire de la TSF. Si vous possédez un poste Radio-Techna, c'est un must !

 Paul Horguelin voit le jour le 12 juin 1899 à Sommauthe (Ardennes), le village natal de sa mère, Flavie Elisabeth Lallement, institutrice Paul Horguelin est issu d'une famille provinciale cultivée alliant le culte de la terre et le prestige social associé aux fonctions d'enseignement dans la France rurale du début du siècle. Rien dans son ascendance ne le prédestine particulièrement à participer à une aventure industrielle ou scientifique. Alors que Paul Horguelin est encore un enfant, son père meurt brutalement
 Il est bientôt envoyé en pension à l'école de Malroy, près de Montigny-le-Roi (Haute-Marne) et sa mère obtient sa mutation à Nuisement, près de Châlons-sur-Marne, un "gros" village doté d'une gare facilitant les visites. Élève brillant, Paul Horguelin passe avec succès le certificat d'études, puis un baccalauréat, et entreprend des études d'agronomie à l'institut Agricole de Beauvais. Pourtant, dès l'adolescence, sa passion est ailleurs. Curieux de tout, il tend une antenne entre le clocher de l'église et le toit de l'école (ou il réside avec sa mère ) afin de pouvoir capter, avec un poste à galène de sa construction, les signaux horaires émis depuis la Tour Eiffel. En 1919, sa connaissance du morse lui permet d'intégrer  le service des transmissions des armées. Dans l'armée du Rhin, puis à la Tour Eiffel, il est désormais en mesure d'assouvir sa soif de savoir.
 Au printemps 1922, il achète un terrain à Nuisement,  qu'il pare bientôt d'un pylône métallique de 22 mètres (que les habitants du village appelleront "la Tour Eiffel")   avec lequel il réalise des expériences de transmissions sur les fréquences amateur. Parallèlement, il construit ses premiers récepteurs à lampes dans une ancienne grange louée à cet effet, avec le concours de 3 collaborateurs informels. Il voit son talent récompensé par un "Grand Prix" lors d'une exposition de TSF organisée par le Concours Lépine à l'été 1922 à Paris (le diplôme reçu à cette occasion figure en annexe) . Ce n'est pas là une petite gratification car c'est tout simplement le premier prix du tout premier "Salon de la Radio" (qui ne porte pas encore ce nom) organisé en France. Placé en concurrence avec les principaux constructeurs français, Paul Horguelin est considéré alors comme rien de moins que le meilleur. A la suite de ce salon, l''afflux des commandes l'amène rapidement à développer son affaire. C'est ainsi que le 5 novembre il crée avec ses 3 collaborateurs la société "Radio-Techna" dont l'objet est la fabrication et la distribution des appareils du même nom. Les débuts de Radio-techna sont pour le moins chaotiques. Le 12 décembre la société est dissoute après seulement un mois d'existence à la suite d'un différent entre les actionnaires. Paul Horguelin, qui a déjà embauché quelques salariés, entend  poursuivre son activité en nom propre mais il est bientôt arrêté dans son élan quand, dans la nuit du 9 au 10 janvier 1923, l'atelier est entièrement détruit par un incendie. D'autres se seraient découragés mais Paul Horguelin est de la trempe des personnes qui vont de l'avant. Un nouvel atelier est construit et la fabrication des récepteurs Radio-Techna peut reprendre quelques mois plus tard. Aux yeux de ses concitoyens ruraux, Paul Horguelin est encore un illuminé. Pourtant l'affaire devient vite florissante. Au volant de sa camionnette, il parcours les campagnes, fait des démonstrations et, quand de l'objet magique sortent voix et musiques,  rapporte des commandes. Un premier rayon de TSF Radio-Techna est ouvert à Châlons-sur-Marne au sein de la librairie Robat et des contrats sont noués avec plusieurs entreprises parisiennes (Radio-Consortium, S.A.F.I.R) pour lesquelles il réalise des gammes de récepteurs. L'entreprise prend véritablement son envol en 1924 quand Paul Horguelin, fort de nombreux contacts dans le Sud-Ouest de la France (liés à des circonstances familiales), travaille à implanter un réseau de distribution solide entre Bordeaux et Toulouse. Point d'orgue de cette entreprise de conquête de territoire, un appareil Radio-Techna est choisi par le Conseil Général du Lot et Garonne en vue d'équiper les mairies du département à la suite de la mise en place de l'émetteur privé mais d'intérêt public "Radio-Agen". En 1925 l'atelier de Nuisement compte 7 ouvriers-monteurs, Radio-Techna rayonne dans tout le grand Sud-Ouest grâce à un magasin implanté à Agen. Paul Horguelin commercialise ses radios sous de nombreuses marques dont Radio-Parfait, E Delidon (un revendeur de Marmande) et aussi Radio-Toulouse (la célèbre station privée de radio pour laquelle il fabrique des postes à galène). Il n'est plus question de considérer notre entrepreneur comme un illuminé quand, à 26 ans à peine, il est le premier employeur, l'homme le plus riche, l'homme le plus respecté, bref, l'homme le plus important de son village. 
Les appareils

Réalisés en petites séries, voire à l'unité en fonction de l'inspiration du jour du patron, les récepteurs conçus par Paul Horguelin n'ont pas fait l'objet de beaucoup de publicité dans la presse spécialisée des années 20. Loin du tumulte parisien, il n'était pas nécessaire pour vendre de faire écrire sur soi. Il suffisait en fait de faire parler de soi, si bien qu'aujourd'hui, la documentation n'est pas très abondante. On doit se contenter de 3 petits fascicules édités entre 1925 et 1928 auxquels s'ajoutent une notice concernant l'alimentation des récepteurs et un catalogue édité par un revendeur de Lille en 1928. Fort heureusement, Paul Horguelin avait pris l'habitude de photographier ses appareils (du moins certains d'entres-eux) et par l'un de ces miracles qui n'arrivent qu'une fois dans une "carrière" de collectionneur, ces clichés existent toujours. 
Cela étant, l'ingénieur agronome s'est fait aussi un nom dans un tout autre domaine : l'apiculture. Paul Horguelin fait construire dès 1935 un rucher à deux étages… En 1956, le natif de Sommauthe imagine une chaîne de production de miel, dotée d'un fondeur d'opercules électrique. Il sera commercialisé sous la marque Api-Techna !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article