Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand Charleville et Mézières aurait pu s'appeler Napoléonville ....lors de la 1ere tentative d'unification !

Le 1er préfet des Ardennes qui essaiera d'unifier les 2 villes : Charleville et mézières

Joseph Frain aurait envisagé différents noms pour la cité résultant de la fusion envisagée entre Charleville et Mézières dont Napoléonville

Joseph Frain, né à Avranches le 10 juillet 1768, et décédé le 26 décembre 1840, fut d'abord avocat, puis se passionna pour les idées nouvelles lors de la Révolution de 1789. Après différents mandats locaux, il devint membre du Conseil des anciens à Paris. Puis il fut choisi pour être le premier préfet des Ardennes sous le Consulat. Il le resta pendant 14 ans, jusque la chute de l'Empire. Il fut ensuite, brièvement, député d'Avranches à la Chambre des Cent-Jours, avant de se retirer de la vie publique.

Lorsque le premier consul Bonaparte, son ministre de l'intérieur Lucien Bonaparte, et Jean-Antoine Chaptal, chargé du portefeuille du département de l'Intérieur par intérim, décident de créer les préfets par la loi du 28 pluviôse an VIII, ils s'appuient pour les nommer sur les services de renseignement, et sur l'avis des autres consuls, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès et Charles-François Lebrun. Le choix des préfets se fait généralement hors des départements dont ils ont la charge, pour éviter tout népotisme, tout intérêt et tout historique local. Il semble que ce soit Lebrun qui ait proposé Joseph Frain comme premier préfet des Ardennes

Dès son arrivée dans le département, Joseph Frain est pris dans une querelle de clochers sur le lieu d'installation de la préfecture entre les trois villes de Mézières, Charleville et Sedan. La querelle préexistait puisqu'elle s'était produite de la même façon à la création du département. Frain maintient le statu quo favorable à Mézières. Quelques années plus tard, en avril 1805, Frain réunira les deux conseils municipaux de Charleville et de Mézières, séparément, pour obtenir une fusion de ces deux cités très proches l'une de l'autre, sans aboutir.

Joseph Frain se montre attentif aux questions agricoles. Il met notamment en place la possibilité de réquisitionner des vétérinaires en cas de déclenchement d'épizootie. Il obtient la suppression de moulins dont la multiplication dans la vallée de la Bar était à l'origine d'inondations de terres agricoles. Il fait rétablir des primes pour l'abattage de loups. Il fait interdire la vaine pâture pour favoriser la récolte de fourrage sur les terres ainsi utilisées, et favorise les prairies artificielles. Il s'enthousiasme pour l'introduction de la culture de la betterave sucrière, et encourage les premiers essais dans le département des Ardennes. Il fait introduire des mérinos pour régénérer les troupeaux ovins. Il prend enfin des mesures de protection des forêts, les domaines nationaux ayant cessé d'être entretenus et surveillés durant la Révolution

.Il se montre moins actif dans le domaine industriel, à un moment pourtant décisif pour ce secteur d'activité dans le département. Il ne s'emploie pas à sortir de son demi-sommeil l'ancienne manufacture royale de Charleville, malgré les besoins militaires durant la période note . À la différence du premier Consul, il n'argumente et ne favorise pas une mécanisation de l'industrie textile en pays sedanais, pourtant nécessaire face à la concurrencenote . Et il s'inquiète de la multiplication des clouteries et des forges dans la partie septentrionale du département, à l'origine d'une forte consommation de bois

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article

edith 15/03/2017 09:11

Et merci à vous pour ce blog.
J'en suis de ce département et bravo d'en parler!!!

Marc M 16/03/2017 17:27

De rien ....

Marc M 14/03/2017 18:53

Merci de cette précision

edith 14/03/2017 17:36

Merci! Ne pas oublier qu'au moment de la révolution elle était nommée Libreville!