Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maurice Maillot ; acteur , joua notamment avec Fritz Lang

Maurice Maillot est un acteur de cinéma français, né à Rethel (Ardennes) le 18 septembre 1906, et mort à Paris, à l’hôpital Broussais, le 8 février 1968.
 Maurice Maillot, membre de l’équipe de rugby de la Société sportive du Parc Pommery (SSPP), fit ses débuts à l’écran en 1930. Il joua dans Le Testament du docteur Mabuse, de Fritz Lang, et dans Rouletabille aviateur. Grand et beau garçon, Maurice Maillot était appelé à devenir un grand acteur. L’apparition du cinéma parlant lui fut fatale. Sa voix flûtée n’allait pas avec son physique d’athlète. Il tourna néanmoins 23 films jusqu’en 1954.
En 1961, il épousa l’actrice Blanchette Brunoy (1915-2005).

Maurice Maillot repose à Reims, au Cimetière du Nord.
Ses films :
1929 : Prix de beauté ou Miss Europe de Augusto Genina
1930 : Le Réquisitoire de Dimitri Buchowetzki
1931 : La Bête errante de Marco de Gastyne : Hurricane
1932 : Rouletabille aviateur de Istvan Szekely
1932 : Le Testament du docteur Mabuse de Fritz Lang et René Sti : Thomas Kent
1934 : Remous de Edmond T. Gréville : Robert Vanier
1934 : L'Auberge du Petit-Dragon de Jean de Limur
1934 : Aux portes de Paris de Charles Barrois : Daniel
1934 : La Croix des cimes d'Edmond T. Gréville - court métrage -
1935 : Adémaï au Moyen Âge de Jean de Marguenat : Philippe de Beauregard
1935 : Marchand d'amour de Edmond T. Gréville : Le jeune premier
1935 : Odette de Jacques Houssin et Georges Zambon
1935 : Paris mes amours de Alphonse-Lucien Blondeau
1935 : La Route heureuse de Georges Lacombe : Laurent
1936 : Les Chevaliers de la cloche de René Le Hénaff : Le peintre Gilbert
1936 : Titres exceptionnels de Hubert de Rouvres - court métrage -
1936 : Trois dans un moulin de Pierre Weill
1936 : Une gueule en or de Pierre Colombier : Le gigolo
1937 : Le Puritain de Jeff Musso
1937 : Un scandale aux Galeries de René Sti
1938 : Champions de France de Willy Rozier : Jacques Allier
1938 : Campement 13 de Jacques Constant
1938 : Menaces de Edmond T. Gréville : Mouret
1943 : L'École de Barbizon de Marco de Gastyne - court métrage -
1945 : Dorothée cherche l'amour de Edmond T. Gréville
1948 : Du Guesclin de Bernard de La Tour
1953 : La rafle est pour ce soir de Maurice Dekobra - dans le sketch : Le papa de Simon : Philippe Rémy, le forgeron
1954 : Napoléon de Sacha Guitry et Eugène Lourié
1955 : Tant qu'il y aura des femmes d'Edmond T. Gréville


Le testament du Dr Mabuse (1933) de Fritz Lang


Cette suite au Mabuse, le joueur, que Fritz Lang a tourné dix ans auparavant, peut bien entendu être vue indépendamment. C’est le second film parlant de Lang, tourné juste après M le maudit avec lequel il a quelques points communs : à la base, il s’agit aussi d’une histoire policière où le monde du crime est particulièrement organisé et efficace, et une nouvelle fois le film a aussi une couleur sociale et politique. L’organisation criminelle du Docteur Mabuse symbolise bien entendu le nazisme, avec tout un discours sur l’instauration d’un ordre nouveau que Lang met dans la bouche d’un homme pris de folie. Das Testament des Dr. Mabuse Le film fut d’ailleurs immédiatement interdit en Allemagne. Même vu 75 ans après sa sortie, Le Testament du Dr Mabuse frappe par la richesse de son scénario, l’intensité et la force de son déroulement. Il frappe aussi par la maîtrise et l’inventivité de sa mise en scène, les transitions entre certains plans sont remarquables et très modernes dans l’utilisation du son. Le film est prenant, particulièrement efficace car il sait rester très simple à aborder.
Parallèlement à la version allemande, Lang a tourné une version française avec des acteurs différents. Cette version française, un peu plus courte (95′), est excessivement rare. Fritz Lang, aidé pour cette version par René Sti, aurait utilisé les mêmes décors et la même équipe technique. L’acteur interprétant Mabuse reste le même mais les autres rôles principaux sont tenus par les français Jim Gérald, Monique Rolland, Thomy Bourdelle et Maurice Maillot.

Ce fut le dernier film tourné en Allemagne par Fritz Lang. Il émigra en France puis aux Etats-Unis. Il ne reviendra en Allemagne qu’en 1959 pour y tourner ses 3 derniers films dont une suite à la série des Mabuse : « Le diabolique Docteur Mabuse » (1960). Ce sera son dernier film.

Blanchette Brunoy :
Blanchette Brunoy est la fille du peintre et dessinateur Henri Doucet (elle est née après la mort de son père, tué au front) et de sa compagne Camille Versal. 

Après le Conservatoire où elle est l’élève d'André Brunot, elle est engagée au Théâtre de l'Œuvre et y débute en 1935 dans Nationale 6 de Jean-Jacques Bernard. Puis Jean Cocteau lui offre un rôle dans Les Chevaliers de la table ronde ; elle travaille ensuite avec les Pitoëff.
Au cinéma, elle est remarquée entre autres, dans : Claudine à l'école de Serge de Poligny (1938), La Bête humaine de Jean Renoir (1938) et Au Bonheur des Dames d'André Cayatte (1943) - deux films adaptés de romans d'Émile Zola, Goupi Mains Rouges de Jacques Becker (1943), La Marie du port de Marcel Carné (1950) et … Comme elle respire de Pierre Salvadori (1998), sa dernière apparition à l'écran. Elle continue aussi sa carrière sur scène et interprète notamment Le Paysan parvenu d'après Marivaux en 1973.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article