Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le fort des Ayvelles

Le Fort des Ayvelles (également connu sous le nom de Fort Dubois Crancé) est un ouvrage militaire édifié à partir de 1877 sur une crête surplombant la ville de Mézières,
 sur les territoires des communes de Villers-Semeuse et des Ayvelles. Il comprend un ouvrage
principal,le Fort, et un ouvrage annexe de taille plus réduite, la Batterie, les deux étant reliés par un chemin protégé long de 600 mètres.
Initialement prévu pour interdire à l’ennemi l’accès au système ferroviaire dont un nœud se
trouve aux gares de Mohon et Charleville .

Le Fort des Ayvelles a pour fonction principale d’interdire à l’ennemi les quatre voies ferrées
de Reims, Montmédy, Hirson et Givet se rejoignant aux gares de Mohon et Charleville.
Seul ouvrage Séré de Rivières du département, il
dispose de dimensions imposantes : c’est un puissant fort d’arrêt.

 Après 1870 :

Après le départ en 1873 des Allemands du territoire, occupé jusqu'au règlement complet des 5
milliards de francs or d’indemnités de guerre, décision est prise de renforcer la défense des
frontières orientales du pays. Le général Séré de Rivières est chargé de construire la « Barrière
 de fer ». En effet, les anciennes fortifications, datant pour la plupart de Vauban (xviie siècle)
 voire plus anciennes, n’étaient plus à même d’assurer une défense efficace.


Dans les Ardennes, plusieurs lieux furent envisagés pour l’implantation de ce fort, à l’instar de
 Mézières, ancien verrou stratégique de la frontière mais complètement dépassé (la citadelle et
 les remparts seront déclassés en 1884 avant destruction), ou Sedan, mais le souvenir de la
désastreuse bataille en ce même lieu ayant conduit à la capitulation française et la chute du
Second Empire mène à la recherche d’un autre endroit. Le site retenu se trouve à environ 3
 kilomètres au sud de Mézières. Un promontoire, situé à une hauteur d’environ 210 mètres
(alors que les villes de Mézières et Charleville nichées dans les boucles de la Meuse se
trouvent à une hauteur d’environ 150 mètres), est retenu car il s’agit d’un poste d’observation
 naturel tout trouvé .

Le département des Ardennes fut en effet doté de ses premières lignes de chemin de fer en 1858 avec l’ouverture de la gare de Charleville : à cet endroit se trouve un nœud ferroviaire capital car il permet l’acheminement des troupes et du matériel tout au long de la frontière. En outre, la ville de Mohon abritait de nombreux ateliers et des rotondes, rendant l’endroit d’autant plus stratégique.

14-18 :

 Les villes de Mézières se vident de leurs habitants, fuyant l’Armée allemande qui continue
d’avancer. Le 9e corps d’Armée quitte Mézières pour se replier vers
l’Ouest, laissant le Fort seul, en première ligne face à l’ennemi.
 le Fort va être abandonné : les culasses des canons sont enlevées et jetées, et on brûle les
réserves alimentaires.
 


le Fort se retrouvera pourtant en première ligne lors de l’invasion allemande au mois d’août 1914.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article