Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un château peu connu et pourtant ! Le Château "Maison Rouge" aux "Alleux "

A l'origine :

La forteresse De Rodemach, construite dans le bois des Alleux vers 1330 , servait de point d’appui à Gilles De Rodemach contre la ville de Reims, sur les limites territoriales de l’archevêché. En 1385, aveux et dénombrements mentionnaient une maison appelée Lamotte située dans le bois des Alleux.

42 habitants étaient identifiés vers 1600. Claude Thiret a construit un château en briques et pierres de taille vers 1610.

 Plus tard :

En 1864, Eugène de Bigaud racheta le domaine de Maison-Rouge, aux Alleux, dans les Ardennes. 600 hectares en partie clos de murs, avec 3 étangs. Il y fit construire la nouvelle maison de famille des Bigault : une maison style Napoléon III comportant autant de portes et fenêtres que de jours de l'année. La maison, le parc, avec un élevage de daims et chevreuils, faisaient de Maison Rouge l'un des plus beaux domaines de France à la fin du XIXème siècle.

Cette famille de Gentilshommes Verriers exerçait son art depuis des siècles, au milieu de la forêt de l'Argonne, qui offrait un sable pur et le charbon de bois nécessaire. Les Bigault géraient 5 verreries dans la vallée de la Biesme : les Sénades, la Harazée, le Neufour, les Islettes et le Four de Paris où ils résidaient dans l'ancien relais de Poste .

Le domaine, trop lourd à entretenir, fut vendu en 1910 à Léon de Tassignyest situé sur la route entre Le Chesne et Vouziers au niveau Des Alleux .

Les bois ont appartenu seigneurs de Voncq et aux comtes de Rethel.

Le village a connu l'existence d'une léproserie ( Marcelot) datant du milieu du XIIème siècle. Les frères convers exploitaient une véritable ferme à Marcelot. Elle prit de l'extensoin dans les siècles suivants.

 

Le parc : Une faune et une flore exceptionnelle

 

Le Bois de Maison Rouge correspond en grande partie à un magnifique domaine chargé d'histoire, entourant un remarquable château. Elle est située pour l'essentiel sur le territoire des Alleux, ainsi que dans une moindre mesure sur ceux du Chesne et de Châtillon-sur-Bar.

Les types forestiers sont principalement la chênaie-charmaie-hêtraie à stellaire et à jacinthe des bois (espèce atlantique très éloignée de son aire de répartition originelle et qui est proche ici de sa limite orientale de répartition), l'aulnaie-frênaie inondable avec une station, au bord du ruiisseau de la Haute Bernelle, de gagée à spathe, espèce exceptionelle protégée au niveau national (plus d'une centaine d'individus sur quelques mètres carrés, fleuris chaque année). Elle fait partie des espèces prioritaires de la liste rouge française et figure ainsi dans le livre rouge de la flore menacée en France (elle ne se rencontre en effet que dans trois localités pour tout le territoire national) ; elle fait l'objet d'une protection particulière par le Conservatoire du Patrimoine Naturel de Champagne-Ardenne par le biais d'une location des parcelles concernées (61 ares) dans le Bois du Chesne et d'un suivi scientifique

Au niveau des lisières ou en bordure des chemins forestiers on peut observer la campanule cervicaire, également protégée au niveau national et inscrite sur les listes rouges nationale et régionale ( catégorie "espèce rare").

La flore des bords des étangs abrite une autre espèce protégée en France, la grande douve, inscrite sur la liste rouge régionale. Leur flore est très intéressante avec dans l'eau le nymphéa, l'hippuris, la sagittaire, l'hydrocharis petit-nénuphar, dans les vases exondées la renoncule scélérate, dans les groupements à grandes laîches le ményanthe trèfle d'eau, dans les prés riverains la stellaire graminée, le gaillet boréal, etc.

 

Le domaine est connu pour ses daims, accompagnés de quelques cerfs et mouflons. D'autres mammifères prospectent le site et s'y reproduisent : le chat sauvage, le rhinolophe fer-à-cheval, le blaireau, le putois, la martre, la musaraigne aquatique, etc. De nombreux passereaux (engoulevent, traquet patre, grives diverses...), rapaces (éperviers, autour, bondrée apivore, milans, faucons), certains pics (pic vert, pic épeichette, pic épeiche) trouvent dans l'ensemble du massif forestier un site favorable à leur alimentation et souvent pour leur reproduction. Des bandes importantes de tarins des aulnes et de sizerins flammés stationnent longuement en période migratoire. Enfin, les oiseaux aquatiques sont très variés au passage migratoire, avec certains qui nichent (grèbe huppé, grèbe castagneux, colvert, foulque). L'intérêt ornithologique est donc très important avec sur la centaine d'espèces d'oiseaux recensées, neuf inscrites sur la liste rouge des oiseaux de Champagne-Ardenne : la bouscarle de Cetti (nicheur très rare, en diminution), le torcol fourmilier et l'engoulevent d'Europe (nicheurs rares et en régression), le beccroisé des sapins, le rougequeue à front blanc (en régression inquiétante au niveau régional), le pic épeichette, la chouette chevêche (nicheur peu commun) et le faucon hobereau (nicheur très rare), les milans noir et royal. La héronnière présente sur le site est l'une des plus importantes de France (154 nids, jusqu'à 600 oiseaux en 1982). La faune entomologique des étangs est typique de ce type de milieu avec de nombreuses demoiselles (caloptéryx éclatant, leste fiancé et leste brun, agrion élégant, agrion à larges pattes, agrion au corps de feu, agrion jouvencelle) et libellules (libellule déprimée, orthétrum réticulé, sympétrum à côtes striées, anax empereur et aeschne bleue).

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article

NIZET Odile 13/07/2017 21:35

Mon père, qui a maintenant 82 ans, est originaire de Lametz. Il nous raconte toujours qu'il a été réfugié durant la deuxième guerre mondiale, dans ce site de "Maison Rouge". Je ne sais pas si vous avez trouvé des documents sur ce fait, mais je peux vous assurer que ce lieu a servi de camp de réfugiés pour les habitants des villages environnants occupés par les Allemands.