Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierre Vienot : Député des Ardennes et membre du gouvernement du Front Populaire

Pierre Louis Gustave Viénot est fils d'Adolphe Henry Viénot, notaire à Clermont (Oise) et d'Eugénie Sophie Marie Fidéline Blanche .

Il fait ses études secondaires au lycée Janson-de-Sailly, à Paris et s'engage pendant la Première Guerre mondiale, avant même ses dix-huit ans. Sa participation au conflit n'est interrompue que par une permission pour passer son baccalauréat. Même la blessure par balle qu'il reçoit le 2 juillet 1916 lors de la bataille de la Somme n'entame pas sa détermination, puisqu'il refuse l'évacuation à l'arrière. Il est de nouveau blessé, plus grièvement, à Villers-Cotterêts, en juillet 1918.

Après des études de droit, il entre au cabinet du maréchal Lyautey, résident général français au Maroc.

Il rencontre d'ailleurs à cette période la fille de ce dernier, Andrée Mayrisch, qu'il épouse le 18 juillet 1929 à Paris. Il a présidé le bureau berlinois du comité jusqu'en 1929 ; il est alors désavoué du fait de dissensions internes .

Andrée sera aussi , elle même membre du gouvernement de Front Populaire .

Le couple Viénot, s'installe en 1930 dans les Ardennes et en 1932, Pierre Viénot devient député de Rocroi, avec l'étiquette du Parti républicain-socialiste ; il a défendu en 1931 les ardoisiers qui sont atteints par la crise. Réélu en 1936, il devient sous-secrétaire d'État chargé des protectorats du Maghreb et des mandats du Proche-Orient. Il négocie, à l'automne 1936, les traités accordant l'indépendance au Liban et à la Syrie. Ces traités ne sont pas ratifiés, en raison de l'hostilité du Sénat, mais ils servent de base pour l'indépendance effective de ces pays, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Sa politique et son discours à la radio tunisienne du 1er mars 1937 visant à renforcer les droits des Tunisiens lui vaut d'être considéré par les plus influents colons comme « l'Antéchrist » (Charles-André Julien). Il a pour chef de cabinet Pierre Bertaux et sera lié à Habib Bourguiba.

En juin 1937, à la suite du renversement du gouvernement Léon Blum, il adhère à la SFIO. L'année suivante, il critique les accords de Munich et dirige, avec Pierre Brossolette et Daniel Mayer, le groupe Agir, principale organisation socialiste prônant la fermeté face à l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste. Il se ressent de sa blessure de 1918 et doit suivre des cures en sanatorium. Ce qui ne l'empêche pas de militer avec son ami Léo Lagrange, dans le journal Agir pour une modernisation de l'armée comme le conseille le colonel de Gaulle.

En Mars 1941 ,il fonde le mouvement politique CAS (Comité d'action socialiste) en mars 1941 . Il s'engage dans la Résistance, aux côtés, notamment, de Daniel Mayer et André Philip

.

En 1942, il est arrêté puis incarcéré, il est placée en résidence surveillée en sanatorium mais parvient à s'évader l'année suivante. Il rejoint alors le général de Gaulle à Londres, et lui porte une lettre d'Édouard Herriot. Dès lors, et jusqu'à son décès, il est l'ambassadeur de la France libre auprès du gouvernement britannique. À ce titre, il fait partie des officiels français qui obtiennent que la France ne soit pas administrée par un Allied Military Government of Occupied Territories (AMGOT), mais par le Gouvernement provisoire de la République française, créé à Alger le 3 juin 1944. Il accompagne le général de Gaulle dans son voyage en Normandie libérée.

Mais ces efforts ont été trop lourds à supporter pour son organisme devenu fragile, et il est emporté par une crise cardiaque un mois plus tard.

Sa femme sera sous-secrétaire d'État en 1946, députée et maire de Rocroi. Tous deux reposent au cimetière de Chooz (Ardennes).

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article