Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mort d'Auguste vaillant (ardennais) entraina l'assassinat du Président de la République

Auguste Vaillant est un anarchiste français, né le à Mézières (Ardennes)  , fils d'un gendarme qui l'a abandonné1, Vaillant connaît une enfance misérable. À 12 ans, il vit seul à Paris où il sera plusieurs fois condamné : à l'âge de 13 ans pour avoir pris le train sans billet ou encore à 17 ans pour avoir mangé dans un restaurant et être parti sans payer, ce qui lui vaut six jours de prison.

Il exerce divers emplois manuels en tant qu'apprenti et se passionne pour l'astronomie et la philosophie. Préoccupé par sa propre misère et celle qui règne à Paris, il est séduit par les milieux anarchistes et commence à fréquenter certains de ces groupes. Il militera d'ailleurs aux Indépendants de Montmartre. Il se marie et vit dans le dénuement avec sa femme et leur fille Sidonie qui sera recueillie plus tard par Sébastien Faure.

Il décide alors de tenter sa chance en Argentine dans la région du Chaco, mais c'est un échec. Après trois ans d'exil, il revient en France où il ne trouve que des emplois occasionnels et a du mal à nourrir sa famille.

Il renoue alors avec le milieu des « compagnons » anarchistes, qui préconisent « la propagande par le fait ». Les vagues d'actes anarchistes se multiplient alors en France dans les années 1892-1894 à l'initiative de plusieurs activistes, parmi lesquels Ravachol, Sante Geronimo Caserio ou encore Émile Henry. Leurs actions visent la bourgeoisie, qu'ils jugent responsable de la misère en cette période de crise économique, et surtout les premiers responsables à leurs yeux des inégalités sociales, c'est-à-dire les parlementaires, au lendemain du scandale de Panama de 1892 qui révèle la corruption du personnel politique.

Il passe à l'acte le 9 décembre 1893. Vers 16 heures, il lance une bombe dans l'hémicycle de la chambre des députés au Palais Bourbon, présidée par Charles Dupuy. C'est une bombe chargée de clous, de morceaux de zinc et de plomb qui s'abat sur les députés et sur les spectateurs assistant aux délibérations. Elle devait exploser en l'air, mais, sa trajectoire ayant été déviée par le geste imprévu d'une femme, une cinquantaine de personnes sont légèrement blessées, dont Auguste Vaillant lui-même, par les clous de 3 cm.

Auguste Vaillant sera condamné à mort !C'était la première fois, depuis la Restauration, qu'on appliquait la peine de mort à quelqu'un qui n'avait pas tué, ni même voulu tuer.

Sa mort entraîne la colère des anarchistes qui adoptent pour hymne la chanson La complainte de Vaillant de F. Xan-Neuf et de Charles Spencer. En représailles, Sante Geronimo Caserio, un anarchiste italien, assassinera à Lyon le 24 juin 1894, le président de la République française Sadi Carnot qui avait refusé la grâce de Vaillant.

Cet attentat sera évoqué par Louis Aragon dans son roman Les Cloches de Bâle.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article