Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Clovis a édifié à Attigny (Atiniaco) un palais royal (Palatium) : le dôme de Charlemagne .

Ancienne résidence des premiers rois de France. Clovis II a édifié à Attigny (Atiniaco) un palais royal (Palatium) en 647 qui disparut au 10e siècle (651 à 1093). Ville royale au temps de Pépin le Bref, elle devient une des résidences de Charlemagne et des Carolingiens.
Charles le Chauve résida souvent au Palatium.
Witikind et D'Albion, 2 chefs saxons que Charlemagne réussit à soumettre, y reçurent le baptême en 786.
Plusieurs conciles y ont été tenus, entre autres celui dans lequel Louis le Débonnaire fit pénitence publique (822) dite "pénitence d’Attigny".

La pénitence d'Attigny

L'autorité de Louis le Pieux va grandement diminuer jusqu’à être dominée par l’Église.

A partir de 822 et la pénitence d’Attigny (où il fait une confession publique face aux clercs), Louis Le Pieux se retrouve sous l’autorité religieuse. Cette autorité religieuse s’accentue jusqu’en 829 . Louis Le Pieux reconnaitra la pleine auctorité et la prééminence spirituelle et temporelle de l’Église.Elle impose à Louis Le Pieux la droiture, la piété, la miséricorde . Il y a donc une forte limitation du pouvoir royal. Ainsi à partir de 820, Louis Le Pieux va se retrouver sous la domination de l’Église . IL incarne un grand roi et empereur chrétien mais son trop grand respect pour la religion va lui faire grandement défaut. L’Église, retrouveRA un rôle politique à part entière après avoir été contrôlé par Charlemagne.

Les premières assemblées fanques s'y sont tenues .La dernière eut lieu en 924 .

Séjourneront réguliérement à Attigny :

- Pépin le Bref  - Carloman  - Charlemagne  - Louis le Pieux  - Charles le Chauve - Charles le Gros - Charles le Simple - Raoul

 

En 880, la Bataille d’Attigny oppose une coalition carolingienne à une armée de Boson, roi auto-proclamé de Provence.

Cette bataille, qui se déroule près d'Attigny dans les Ardennes, s'inscrit dans le conflit opposant dès le début 880 une coalition carolingienne à Boson, le duc de Provence qui vient de faire un coup d’état le 15 octobre 879 en se faisant élire roi de Provence.

 Du côté de Boson, on trouve les troupes de Théobald d'Arles, comte d’Arles et cousin germain de Boson ; elles auraient dû être renforcées par celles d’Hugues bâtard de Lothaire, dit Hugues le bâtard, son beau-frère, malheureusement mises en fuite par les troupes coalisées carolingiennes. Ces dernières regroupent « une armée germanique conduite par Adabard, comte du Moselois et le puissant comte Henri d’Alemannie » , appelé aussi Henri marquis de Neutrie et des « troupes de la Francie occidentale ».

 

Le combat voit la victoire des troupes carolingiennes et le comte Théobald, blessé et vaincu, se réfugie vraisemblablement en Bourgogne.

Les premières assemblées Franques :

Le 1er Concile d'Attigny a été convoqué en 7651 par Pépin le Bref (assemblée générale de la Nation franque qui fut continuée d'un concile synodal).

Le décret de ce Concile « pro causa religionis et salute animarum » fut signé par vingt-sept évêques (dont les évêques Rémi de Rouen, Jacob de Toul, Chrodegang de Metz, Magdalvé de Verdun, Fulcharius de Tongres (Liège), Maurinus d'Évreux, Willicaire de Vienne) et dix-sept abbés (comme l'abbé Godobert de Rebais). Il concerne une sorte d'alliance en cas de mort. Chacun des évêques et des abbés qui signèrent ce document s'engageait, au décès d'un des membres de l'alliance, à chanter cent psaumes, les prêtres devant célébrer cent messes. Chacun des évêques devait lui-même célébrer trente messes et s'il en était empêché par la maladie, etc., il devait confier à un autre évêque le soin de les célébrer. De même, les abbés qui n'étaient pas évêques devaient charger un évêque de dire ces trente messes. Enfin les moines prêtres devaient célébrer cent messes et les moines non revêtus de la prêtrise devaient chanter cent psaumes.

Le second Concile d'Attigny fut tenu en 822.

Le Dôme actuel dit Palais de Charlemagne fut construit au 16e siècle sur les ruines du Palatium, place Charlemagne, à côté de l'Hôtel de Ville.

Il date de la Renaissance française. Henri IV y a probablement séjourné lors de ses deux passages à Attigny, en octobre 1591 et en octobre 1592.
2 plaques apposées de part et d'autre du passage sous le palais évoquent ces faits historiques.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article