Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arthur Martin

Qui ne connaît pas "Arthur Martin " ?....levez le doigt !
Hé bien , il s'agit d'une marque ardennaise



Une centaine de fonderies de fer, de fonte et d'acier ont été repérées dans le département. Il s'agit donc de la première activité de la branche métallurgique ardennaise. Leur répartition géographique est marquante : outre quelques foyers dans le Sedanais (Vrigne-aux-Bois..., Vivier-au-Court, Haraucourt, Margut), sur le plateau de Rocroi (Rocroi, Bourg-Fidèle et Les Mazures), l'essentiel des établissements se situe dans la vallée de la Meuse entre Charleville-Mézières et Fumay (Laifour, Fumay, Revin, Deville, Monthermé, Nouzonville, Neufmanil et Charleville). Ce fait s'explique en grande partie par la présence du chemin de fer et par le recalibrage de la Meuse qui ont permis de les approvisonner en matière première venant de Belgique, Luxembourg (fonte) et Lorraine (Houille).
Le point de départ de leur essor est la diffusion de la seconde fusion grâce au cubilot au milieu du 19e siècle. De 30 en 1850 leur nombre passe à 70 en 1867 puis à 130 vers 1900.Les Ardennes , à cette époque , étaient le 2 éme producteur mondial . L'une des premières usines à l'intégrer est celle de Laval-Dieu à Monthermé. Entre 1866 et 1880 le nombre des fonderies passe de 15 à 63.
La plupart fondent la fonte notamment pour fabriquer des appareils de chauffage et de cuisine, qui constituent une des productions emblématiques du département. Les établissements Deville à Charleville, Faure et Arthur-Martin à Revin étaient les fers de lance de cette activité.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc M

Généalogiste amateur et passionné d'histoire de mon département , les Ardennes . Histoire souvent méconnue !!!
Voir le profil de Marc M sur le portail Overblog

Commenter cet article